L’ambulance n’est jamais arrivée

Michel
Michel Joanny-Furtin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

la victime et son père ont du prendre un taxi

À 13h le vendredi 17 août dernier, une jeune fillette d’à peu près 8 ans, assise sur le siège arrière, s’est pris un pied dans les rayons du vélo que conduisait son père.

La victime a dû prendre un taxi pour aller aux urgences, parce que 30 minutes après l’accident, l’ambulance n’était toujours pas là !

Tout de suite, des témoins puis le père ont appelé le 911 pour demander des secours rue Bernard, entre Hutchison et Durocher.

Quelques minutes plus tard, ils ont dû renouveler l’appel une troisième fois, parce qu’aucune ambulance ni voiture de police ni véhicule de pompiers n’arrivait. En perdant chaque fois un temps précieux pour répondre à des questions sur l’état de la jeune blessée pour cadrer l’ordre de priorité.

Mauvaise coordination, contre-informations, transfert de responsabilité ? Premiers répondants, les pompiers étaient présents sur le site trois minutes seulement après avoir reçu l’alerte. Or, ils sont arrivés environ une vingtaine de minutes après les faits. Que s’est-il passé pour que le signal de l’incident leur parvienne si tardivement ?

Comme les pompiers ne font pas le transport de blessés, il fallait attendre l’ambulance. Dix minutes plus tard, en accord avec les pompiers, le père de la victime a décidé de prendre un taxi pour emmener sa fille aux urgences, tanné d’attendre une ambulance qui n’est jamais arrivée…

L’Express d’Outremont a contacté le service de communication d’Urgences Santé qui va s’informer à propos des appels concernant cet événement et tenter de comprendre ce qui a pu se passer.

Dans l’attente de leur réponse que nous ne manquerons pas de vous relater dans une prochaine édition, il se pourrait selon plusieurs commentaires que ce se soit une évaluation erronée de l’incident, relaté selon plusieurs points de vue différents selon les témoins qui ont appelé à plusieurs reprises le 911, au risque de créer une confusion qui aurait nui au positionnement de cet événement dans l’ordre de priorité selon la gravité de l’incident. Nous y reviendrons.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Thierry
    28 août 2012 - 20:42

    Monsieur Michel, Comment définissez-vous l'abus en cas d'accident avec blessé? On fait appel aux Secours pour prendre en charge une personne dont l'état est inquiétant pour les profanes que nous sommes. Diriez-vous que prendre l'avis d'un professionnel avant de décider si la personne est transportable et quel est le moyen de transport adéquat est un abus...

  • Claude Gladu
    23 août 2012 - 12:50

    Monsieur Michel, si vous aviez été témoin de la petite fille avec un pied cassé ne retenant que par la peau vous ne parleriez pas comme ça ! Pour affirmer que l'ambullance n'était pas nécessaire. Claude Gladu d'Outremont.

  • Michel
    18 août 2012 - 09:23

    Ou était l'urgence vital (inconscience, cardiaque, prob respiratoire) ? Le 911 est pour les cas d'urgence! Peut être que l'ambulance a pris plus de temps car elle répondait a des appels plus urgent... Si il y aurait moin d'abus les temps réponse serait meilleur car il y aurais plus de disponibilité! Ca du faire très mal a la petite fille et c'est dommage mais comme le témoigne la fin de l'histoire l'ambulance n'était pas nécessaire sur cette histoire..