Pierre Arcand appuie Pierre Moreau

Michel
Michel Joanny-Furtin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Course à la direction du PLQ

Pierre Moreau, l’ancien ministre des Transports du Québec, se présente sur la ligne de départ de la course à la direction du Parti Libéral du Québec, avec le soutien du député de Mont-Royal, Pierre Arcand. L’Express de Mont-Royal a questionné les raisons de son choix.

Plutôt que son voisin dans la circonscription d’Outremont, Raymond Bachand, ou son prédécesseur Philippe Couillard dans celle de Mont-Royal, Pierre Arcand soutient la candidature de Pierre Moreau à la direction du PLQ.

« J’ai choisi d’apporter mon soutien à Pierre Moreau parce que cet homme affiche une expérience de plus de dix ans en politique. Il a occupé plusieurs ministères et non des moindres comme ministre des Transports dernièrement et ministre des Affaires intergouvernementales auparavant », détaille Pierre Arcand. « Parfaitement bilingue, c’est un très bon communicateur et un homme d’équipe. Fédéraliste convaincu, il épouse sans limite la vision de notre parti. »

« En entrant au gouvernement en 2007, j’ai eu l’occasion de le voir agir. Nous avons d’ailleurs travaillé pendant une année ensemble sur le plan d’action climatique. Pierre Moreau représente pour moi le parfait équilibre entre un homme d’État, un chef de parti, et un chef de l’opposition. Son parcours parlementaire en fait foi puisqu’il a été, entre autres, whip en chef du gouvernement, et leader parlementaire adjoint du gouvernement. »

« Si certains le pensent sans charisme et méconnu en politique, je leur rappelle que Robert Bourassa, par exemple, avait été élu député en 1967. Il est devenu Premier ministre en 1970. »

« Raymond Bachand, Philippe Couillard, et ceux qui suivront sont tous d’excellents candidats. Mais, selon moi, Pierre Moreau en connaît un peu plus sur les enjeux politiques de notre parti. Il ne s’agit pas d’opposer les candidats, mais de compléter leurs approches politiques dans un grand débat interne au parti que cette course à la chefferie ne manquera pas de créer. Notre adversaire n’est pas au sein du parti, mais en face, à l’Assemblée. »

« Enfin, son épouse est juge. Sur les questions d’intégrité, il a donc fait l’objet de vérifications et ne doit rien à personne. Ce fut d’ailleurs un élément important de mon choix. »

Organisations: PLQ, Transports, Affaires intergouvernementales

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires