Écrire le cirque

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ce devait être tout juste à mon retour de Port-au-Prince –, Sébastien Soldevilla, co-fondateur et co-directeur artistique des 7 doigts de la main, m’a appelé pour que je donne un coup de main sur les textes du prochain spectacle de la compagnie montréalaise.

(Photo:Eric Carrière)

Mercredi dernier, la grande avant-première mondiale de Sequence 8 avait lieu à Lyon, dans le cadre de Les nuits de Fourvière.

Tout autour, les rues sont fermées. On accède à pied, en montant une longue côte. Je râle, je tousse, je sue, mais moins que si j’avais essayé il y a un mois. Oui, oui, je marche un peu plus depuis que je suis en Europe. Je fume moins aussi, je mange mieux, je me couche tôt et comme le vin est bon, je bois mieux à défaut de moins.

Pour ceux que ça inquiète ou que ça intéresse : je suis légèrement plus en forme que la dernière fois qu’on s’est vu.

Grosse côte, donc. Grosse suée, aussi.

Et puis la beauté.

Restes d’installations romaines, grosses pierres et vieilles dalles écroulées. Je monte, je monte, jusqu’au bar : des gens qui savent vivre…

Ça afflue le long de la pente. Ça s’engouffre à flots au bout de l’allée qui mène à l’entrée du théâtre. Je bois jusqu’à 21h45 et je m’approche pour entrer dans l’enceinte.

Théâtre romain à même le roc de la colline. Devant la scène moderne s’entassent jusqu’à 3000 personnes sur des gradins superbement escarpés – à force de monter et de descendre de la régie, l’équipe technique s’est fait les mollets, paraît.

Puis la magie

La nuit tombe lentement. Au parterre, où on a eu la gentillesse et la considération de m’installer, j’aperçois quelques Montréalais venus spécialement pour l’occasion. Des gens des 7 doigts, évidemment, d’autres de la Tohu ou du Cirque du Soleil. On se salut jusqu’à ce que les lumières s’estompent, un peu après 22h.

Colin Davis arrive sur scène et ouvre le spectacle : remerciements d’usage, règles de sécurité, consignes… puis énoncé personnel et senti de la thématique autour de laquelle les artistes, créateurs et concepteurs du spectacle ont travaillé.

Et la magie. La pure magie. Deux heures de spectacle où prouesses techniques s’entremêlent à perfection aux instants de tendresse qui prennent à la gorge, aux élans d’un humour si fin qu’ils puisent aux larmes ses envolées.

Les jeunes artistes à qui les 7 doigts ont confié cette belle aventure – tous finissants de l’École nationale de Cirque de Montréal – brillent sans arrêt tant lorsqu’ils sont au cœur de leur numéro personnel que lorsqu’ils agissent en soutien à autre numéro, ou encore qu’ils participent à des numéros collectifs brillamment conçus pour l’occasion.

C’est à ne pas manquer du 5 au 15 juillet, dans le cadre de Montréal Complètement Cirque.

J’entends la vigne pousser

Mon périple tire à sa fin. La semaine prochaine, j’enverrai ma chronique de l’aéroport, tout juste avant d’embarquer sur le vol qui me ramènera à MTL.

Pour l’instant, je suis installé dans la région de Bordeaux, dans une caravane à quelques mètres des vignes qui poussent et qui déjà, portent de belles grappes qui mûriront avant de devenir de gouleyantes bouteilles de vin des Graves.

Chez mes amis de Libérer l’Espace, avec qui nous prendrons, grâce à Michelle Corbeil du Festival international de la littérature, la scène du Théâtre Sorano de Toulouse samedi prochain, mettons qu’on en boit un petit peu, de ces vins du coin qui font pleurer.

Et ce n’est pas de les boire qui fait pleurer, c’est le prix qu’on paie. Surtout en pensant à ce que je paierai à MTL en rentrant…

Jeudi soir dernier, on a ouvert un Château Tourteau Chollet 2004 qu’on a payé 7 euros (10$)…

Sublime.

Je l’aurai dans la mémoire, ce goût, quand je trouverai quelque chose d’équivalent, chez nous, pour au moins le triple du prix…

Combien, déjà, les profits de la SAQ l’an dernier? Ah oui, presque 1 milliard de dollars… D’accord, je me tais.

Y’a pas autre chose qu’on pourrait nationaliser et qui rapporterait des sous à l’État plutôt que dans les poches des amis du parti?

Le Nord?

Non, faut pas rêver…

Organisations: Cirque du Soleil, École nationale de Cirque de Montréal, Théâtre Sorano de Toulouse SAQ Le Nord

Lieux géographiques: Lyon, Europe, Région de Bordeaux

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires