La culture de l’horreur

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Une chronique de Michel Vézina

(Photo: archives)

Culture, nom féminin (selon www.linternaute.com/dictionnaire)

Sens 1 : Action de cultiver le sol ou une planteEx : La culture du maïsSynonyme : agricultureAnglais : farming, cultivation, (plantes) growing.

Sens 2 : Ensemble des connaissances acquises dans un domaineEx : La culture de l'art la culture scientifiqueSynonyme : érudition Anglais culture.

Sens 3 : Méthode destinée à faire croître des micro-organismes [Biologie]. Anglais : culture.

Sens 4 : Ensemble des aspects intellectuelsartistiques et des idéologies d'une civilisation ou d'un groupe particulierEx : La culture occidentalela culture judéo-chrétiennela culture d'entrepriseAnglais : culture.

***

Pratique, le dictionnaire. Je m’en sers souvent quand j’ai l’impression d’avoir oublié le sens exact d’un mot ou encore, quand je vois le mot dans un contexte qui me fait douter de son sens premier.

Quand une de mes amies m’a envoyé le lien vers www.armeedeculture.ca, j’ai tout de suite vérifié le sens du mot culture.

 

Un sens à la fois, seigneur (sur l’air rendu célèbre par les AA)

Festival culturel militaire de Montréal : Armée de culture.

Sens 1 : Dans l’armée, on cultive le sol à coup de mines anti personnels et d’obus : rien de tel qu’une bonne salve de .155 pour labourer un terrain, Ex : La culture de la démocratie, ou de la dictature, c’est selon. Synonyme : nettoyage ethnique. Anglais : eradication, bombing, yhi ha!

Sens 2 : Ensemble des ignorances acquises dans un domaine. Ex : C’est si beau le ballet des avions de chasse et des bombardiers! Synonymes : tueries, sang, cadavre, enfants démembrés. Anglais : Top guns.

Sens 3 : Méthode destinée à faire croître une idéologie [politique]. Anglais : Stephen Harper

Sens 4 : Ensemble des aspects belligérants, meurtriers et des idéologies d'une petite clique ou d'un gouvernement conservateur. Ex : La culture du pouvoirla culture albertainela culture de droite. Anglais : culture.

 

De l’argent de la propagande

Il y a de nombreuses années – je passais alors mes étés sur les rives du Lac Etchemin –, les Snowbirds, cette unité de spectacle aérien des Forces armées canadiennes, était venue faire ses sparages au dessus du lac. Comme nous vivions presque en autarcie, nous n’avions pas reçu l’information annonçant la performance des pilotes de chasse.

Par réflexe, tout de suite après la surprise initiale, nous avions allumé notre radio sur la fréquence locale, dans l’espoir qu’on nous dise qui nous attaquait.

En entendant la voix de l’animatrice, absolument pâmée, notre peur s’est transformée en vraie colère. En onde, sa voix décrivait les prouesses en direct, et tout dans son ton témoignait de son émerveillement devant la beauté et la poésie des figures des avions.

Elle oubliait que ces formes avaient été non seulement créées, mais pensées et répétées dans un seul et unique but : bombarder, anéantir, tuer.

 

Culture de guerre ?

Toutes les démonstrations militaires dans le monde ont pour but de banaliser ces machines de mort, de banaliser les morts eux-mêmes. Ces machines de guerre ne sont ni des jouets, ni des objets de beauté. Ce sont des armes et des objets d’horreur.

Et s’il faut, oui, en art, ne pas masquer ni nier l’horreur, si certains auteurs questionnent la violence et l’horreur, il est d’une malhonnêteté profonde de tenter de faire du beau avec des outils et des machines qui, si elles n’ont pas encore tuées, ont été fabriquées pour le faire.

Il en va de notre fascination pour l’horreur : entre le spectacle du macabre démembrement d’un maniaque et la banalisation de la mort en masse par des démonstrations culturelles militaires, l’écart est mince. Trop mince.

 

Politique culturelle

Vous souvenez-vous, il y si peu de temps, quand le gouvernement Harper a coupé dans certains programmes culturels? Il avait été évoqué, sans toutefois que ce fut dit directement, que l’image et les valeurs canadiennes devraient être considérées pour l’attribution de fonds publics aux artistes? Que la création de nouveaux programmes devrait tenir compte de cette image et de ces valeurs? Vous souvenez vous du retrait du tableau de Pellan au ministère des affaires étrangères?

There we go, my friends, there we are.

La culture selon Harper, c’est la culture de l’armée.

Organisations: Armée, Forces armées canadiennes

Lieux géographiques: Montréal, Lac Etchemin

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Sylvain Deschênes
    29 août 2012 - 10:48

    Selon l' UNESCO : « La culture, dans son sens le plus large, est considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. » Nous ne sommes nullement des disciple d'un quelquonque message d'un gouvernement ou un autre et malgré les atrocité des guerres nous trouvons important de pas les oublier et de rendre homage aux individu derrière qui ont chacun des opinions mais agissent selon les mandats que les gouvernements passés, actuel et futur leur donnent. Les financement on été demandé par la direction du festival et nous n'avons reçu une réponse quand à ceux-ci qu'au début août... Sans leur financement nous produisions tout de même ce festival. Il en va de la responsabilité citoyens d'élire et d'orienter leur gouvernement et les mandats qu'il donne aux Forces canadienne. Nous pouvont être contre le feu mais pas contre les pompiers! Il ne faut pas oublier l'histoire pour ne pas répéter les erreurs du passé. Nous comprenons vos opinions et les respectons. Merci d'avoir pris le temps de l'exposé ici.

  • Grospainchaud
    28 août 2012 - 19:06

    "La culture selon Harper, c’est la culture de l’armée." À ce que je sache, là où il y a eu le plus de coupures en terme de budget, c'est à la Défense. À ce que je sache, c'est S.H. qui a décidé de rappatrier les soldats d'Afg. et il en a fait son cheval de bataille aux élections de 2006. Que l'on aime S.H. ou pas, qu'on le trouve arriéré ou pas, il ne faut pas tomber dans les prémisses fallacieuses de propagande...