Monsignor Doran garde son parc

Michel
Michel Joanny-Furtin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La declaration de Kurt Reckziegel

L’Express de Mont-Royal a demandé à Kurt Reckziegel un résumé de son intervention en préambule de la séance du récent conseil de ville. « Ce qui suit est un résumé des échanges entre le maire Philippe Roy et moi », nous a-t-il répondu.

Le parc Monsignor-Harold-J.-Doran reste à son emplacement actuel et fera partie de la Place du Centenaire, y compris la pierre commémorative et la plaque de bronze. Un signe, peut-être d'une conception différente, sera mis en place.

J'ai écrit au maire le 18 octobre dernier après la lecture des journaux locaux où il était écrit que la Place du Centenaire serait aménagé sur l’actuel parc Monsignor-Harold-J.-Doran. Il était inconcevable pour moi que ce moment du 100e anniversaire de notre ville reviendrait à nier un honneur conféré il y a 17 ans à cette personnalité et sa communauté, une communauté qui existe depuis 1943, soit 69 années de ce centenaire.

Ma demande de dénomination du parc avait été faite au cours des célébrations du 50e anniversaire de la paroisse Our-Lady-of-Annonciation en 1995, un moment fort pour une occasion mémorable. A cette époque, j'avais demandé qu’un site important de Mont-Royal soit nommé afin d’honorer la mémoire d'un des plus importants chef religieux de notre communauté. J'avais d'abord demandé que la rue Alexander soit renommée afin que les deux rues adjacentes à notre église portent les noms des deux pasteurs d'origine, Francis T. Moyle (chemin Moyle) et Harold J. Doran.

La Légion s’était à l’époque opposée à ce changement afin de conserver les références à la Seconde Guerre mondiale autour du cénotaphe, le Parc de la Paix maintenant, à savoir Roosevelt, Churchill, Montgomery, Dunkerque et Alexandre. Le vicomte George Alexander de Tunis, feld-maréchal, a dirigé les forces alliées au cours de la Seconde Guerre mondiale et a consacré le cénotaphe le 24 octobre 1948. Il fut le dernier gouverneur général britannique du Canada.

Adoptée à l’unanimité

Notre préoccupation bien compréhensible avait été envoyée au conseiller Georges Badeaux, en charge du comité de toponymie de la Ville. Le 23 mai 1995, j'ai reçu une copie de la résolution No 95-0512 adoptée à l’unanimité du conseil municipal le 15 mai 1995, recommandant de désigner l'espace vert sur le boulevard Laird en face de l'église Our-Lady-of-Annonciation du nom de parc Monsignor-Harold-J.-Doran et d’y installer sur un signe similaire à d'autres parcs.

Au nom de notre comité, j'avais immédiatement remercié le comité de toponymie en acceptant de tout coeur qu’une partie de Mont-Royal soit une reconnaissance de la contribution du Père Doran à la ville.

Le parc avait été inauguré par le maire Schwartz, le pasteur Laurent MacEachan, les conseiller Georges Badeaux, John Miller, Sydney Margles, René Modugno et Gilles Saint-Cyr, le directeur des communications Bernard Moore, le président du comité du 50e anniversaire Ed Ropeleski, les membres de la paroisse, les citoyens de TMR et la chorale de l'Annonciation. Une plaque de bronze marquerait cet endroit important dans l'histoire de notre paroisse et de notre ville.

Ma femme est née à Mont-Royal, il y a 74 ans et je me suis installé ici il y a 65 ans. J'ai demandé au maire de ne pas détruire la joie et le privilège d'en être citoyens à cette période de nos vies en éliminant le parc Monsignor-Harold-J.-Doran.

Un signe distinctif

Le maire m'a répondu dès le lendemain en m’indiquant qu’il souhaitait me rencontrer afin d’en discuter de cette question. Ce que nous avons fait ce lundi 22 octobre. Une réunion satisfaisante pour les deux parties, dont les principaux points sont les suivants:

Le parc Monsignor-Harold-J.-Doran reste à son emplacement actuel, y compris la pierre commémorative et la plaque de bronze. Un signe, peut-être d'une conception différente, sera mis en place. Le parc Monsignor-Harold-J.-Doran fera partie de la Place du Centenaire, ou un nom définitif à déterminer.

Le monument linéaire à l'arrière de la Place contiendra une évocation en bronze des melons de Montréal - un symbole unique de la ville modèle - à une extrémité, et une plaque marquant l'élévation de Mont-Royal au rang de lieu patrimonial du Canada à l'autre extrémité.

Entre les deux, comme une ligne du temps, des plaques énumèreront les événements importants de l'histoire de Mont-Royal. L'une d'elles va également se référer à l'ouverture du parc Monseigneur-J.-Harold-Doran en 1995. La frontière orientale sera une rampe en fer rappelant les origines de la ville.

En d'autres termes, le parc Monseigneur-J.-Harold-Doran formera une section intégrale, mais reconnaissable et indépendante de la nouvelle Place du Centenaire. C'est, à mon avis, une excellente proposition et j’en ai informé les nombreux citoyens qui avaient exprimé leurs préoccupations. Nombre d’entre eux assistaient à la réunion du Conseil de ville lundi soir.

Lors de la séance, le maire m'a demandé de présenter la solution retenue lors de notre rencontre de l’après-midi. J’en ai profité pour faire part de nos sincères remerciements au maire Roy, à la directrice des services municipaux Ava Couch et le conseil municipal de Mont-Royal.

Kurt R. Reckziegel

Plus de développements sur… www.expressmont-royal.com

Organisations: église Our-Lady-of-Annonciation du nom, Bernard Moore, Ava Couch

Lieux géographiques: Parc Monsignor-Harold-J.-Doran, Mont-Royal, Place du Centenaire Canada Paroisse Our-Lady-of-Annonciation Rue Alexander Chemin Moyle Dunkerque Boulevard Laird Parc Monseigneur-J.-Harold-Doran TMR Montréal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires