Les maisons de Stephen Maron

Michel
Michel Joanny-Furtin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Aquarelliste et portraitiste

« Une maison, c’est comme le visage d’une famille. Il s’agit d’en faire le vrai portrait », explique Stephen Maron, aquarelliste et portraitiste… de maisons !

Designer, enseignant, graphiste, architecte d’intérieur, Stephen Maron a toujours eu l’habitude d’illustrer ses idées pour transmettre son message ou synthétiser… des réunions! Il se consacre à un curieux travail : faire des portraits en aquarelle. Rien que de très commun, sauf en ce qui concerne ses sujets : des portraits de maisons !

« Faire le portrait de sa maison, c’est souvent un cadeau des propriétaires pour leurs enfants, leurs amis, leurs parents, etc. Parfois les gens préfèrent que je vienne chez eux peindre ce qu’ils voient de leur fenêtre, le jardin, un lac ou les bois. Dans ce sens, j’ai le projet de faire les quatre saisons pour chaque maison peinte. »

Stephen est né à Montréal et a participé à la Parsons School of Design à New York. Il a étudié le design industriel à l’époque où le dessin à main levée était la règle. Il a enseigné en Nouvelle-Écosse avant de faire six fois le tour du monde sur des bateaux de croisière comme employé. Il y a aussi appris le bridge. Ce qui lui a permis de vendre ses premières œuvres… à ses partenaires.

« Mes œuvres sont des commandes toujours liées aux moments importants de ses habitants : un mariage, une naissance, un anniversaire, ou simplement une rénovation importante qui va en changer le profil et la vie de ses résidants », raconte l’artiste.

« L’espace intérieur se ressent sur la toile, on imagine la vie intérieure de la bâtisse. Sur certaines oeuvres, l’esprit de la maison me parlait pendant que je la peignais. »

« Toutes mes oeuvres sont des aquarelles, rehaussées parfois d’un pastel ou d’un fusain. Souvent, les propriétaires en font des cartes de voeux ou des cartons d’invitation pour une fin de semaine au chalet ou un événement d’été… »

« Et je peins aussi des intérieurs, notamment pour nos voisins du sud. C’est une grande mode à New York de changer son style d’intérieur tous les cinq ans. Plus que des photos, une aquarelle est une jolie manière d’inviter les amis à venir l’apprécier. »

« Les intérieurs sont plus exigeants, admet Stephen, car il y a beaucoup de détails dont il faut tenir compte et qui ne laissent que peu de place à l’imagination, au rêve. Les portraits extérieurs des maisons offrent plus de création, qu’il s’agisse de la lumière, de la nature environnante, de la décoration florale et des éléments présents dans le décor. »

L’approche de Stephen Marron se divise en quatre temps. La forme tout d’abord, une phase à laquelle il consacre une quinzaine de minutes. Les couleurs réelles qu’il mémorise ainsi que la lumière lors du travail, « un troisième temps important pour saisir l’âme du site ciblé qui prendra tout son sens pendant l’aquarelle, l’ultime moment de création. »

Même si l’approche de Stephen Maron ressemble à celle des impressionnistes, sa démarche artistique en est loin. « Pour rendre cette impression, l’âme du moment de l’aquarelle, il faut parfois forcer le ton. Une couleur sombre pour un ciel blanc d’hiver, les ombres allongées des cyprès pour mieux saisir la saison. » Et tout cela semble si réaliste sur le papier. Pourtant, plus qu’une photo, Stephen Maron propose une poésie en aquarelle.

« La grande difficulté de l’aquarelle, explique Stephen, repose dans sa technicité même : une eau colorée bue par le papier. Déposée, on ne peut la gratter. Or parfois, une simple gomme fait des miracles… »

Stephen Maron, 514 963-3236

stephen.maron@gmail.com

www.watercolorhouseportraits.ca

Organisations: Parsons School of Design

Lieux géographiques: New York, Montréal, Nouvelle-Écosse

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires